Le pardon

Pst. Jean-Charles Ostiguy | 1er octobre 2017

Le verset de 2 Co 2.10,11 nous parle de pardonner afin de ne pas laisser à Satan l’avantage sur nous, car nous n’ignorons pas ses desseins. Satan va s’adonner à la méchanceté dans le but de voler, de détruire l’oeuvre magistrale que Dieu a faite dans nos vies. Nos vies sont comme un chef-d’oeuvre à la gloire du Maître. Dieu veut que l’on soit comme une vitrine à Sa gloire. Satan veut faire des graffitis sur cette vitrine ; il veut envoyer des coups de couteau sur cette toile glorieuse. Paul enseigne comment ne pas donner à Satan l’avantage sur nous. Satan nous amène à nous isoler soit par le rejet, réel ou ressenti, soit par le rejet des autres, en se pensant légèrement supérieur (un peu de mépris par rapport à ce que Dieu fait dans la vie des autres). Paul dit dans Ph 2.5 : Ayez en vous les sentiments qui étaient en J.C. lequel n’a point regardé comme une proie à arracher d’être égal avec Dieu….On peut être isolé par le fait de juger les autres (se croire inférieurs) ou le fait de mépriser les autres (se croire supérieurs). Dans les deux cas on s’isole. On peut se dire qu’il y a des hypocrites dans l’église. Qui n’est pas porté à mettre un masque pour se protéger ? Comment peut-on regarder les autres de haut en regardant leurs fautes alors que Jésus ne regarde pas à nos fautes ? On ne peut régler un problème de rejet par une solution géographique. En agissant comme cela, je laisse à Satan l’avantage sur moi. Je vais repasser les choses en boucle et rester avec cet esprit-là qui va ruminer les choses, agrandir la blessure et cela va s’infecter. Satan a son avantage et gratte le bobo qui va empirer et s’infecter parce que son couteau n’est pas propre. La solution ? Vivre en famille avec les frères et soeurs. Le secret ? L’exercice du pardon. Dans 2 Co 2.8-10, Paul demande de réaffirmer l’amour envers celui qui avait été mis à l’écart. Il y a des gens mandatés par le Seigneur pour exercer cette couverture spirituelle pour ramener la personne à l’église et y recevoir le pardon. Paul dit je vous donne l’occasion de vous soumettre au test de l’obéissance à l’amour et à l’exercice du pardon. À défaut de pardonner, je ferme le flôt de de la grâce de Dieu, je ferme le ciel au-dessus de ma tête. Voulons-nous vivre une survie chrétienne ou être des récipients de la grâce de Dieu ? Le choix nous appartient !

Écouter le message


Télécharger le Mp3 (ou click droit et enregister sous...)